Wint'Ice

Forum Test
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 S. Sõn Kudõ • lighting z. (uc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guest Corail

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 21/05/2013

MessageSujet: S. Sõn Kudõ • lighting z. (uc)   Sam 26 Avr - 13:24

Copyright Arrogant Mischief
• K U D Õ •
• S Õ N - SHI  •

« On a pas besoin de super-héros. Juste de héros. »




۞ NOM : Kudõ.
۞ PRÉNOM : Sõn Shī .

۞ AGE : 34 ans.
۞ SEXE : Mâle.

۞ SURNOM : Lighting Z.  
۞ VILLAGE : Kumogakure.

۞ GRADE : Ex-Juunin.
۞ RANG : S.

۞ STATUT : Légende.
۞ STATUT² : Influent.

۞ NINDO : « La confiance. »

Your Story •


L'histoire de Shî commence au pays de la foudre, dans les contrées de Kumogakure. Fruit de l'union d'un Yõtsuki et d'une Kudõ - Le paternel de Shî ne demeure pas un simple  Yõtsuki. Ce dernier se différencie des autres dans la mesure où il fait partie d'une lignée de bâtards dont la couleur de la peau était "blanche". Cette même lignée avait toujours voulu s'affirmer, mais par fierté, les autres Yõtsuki ont décidé de les reclure. Un homme cependant a réussi à changer le destin de cette branche - Bãddaku Yõtsuki, l'un de ces bâtards dont la volonté n'avait que d'égal le seuil de tolérance d'un Bijû. Ce pourquoi déjà très jeune il décida de devenir un shinobi d'exception pour que sa voix se fasse entendre. Et ce fut chose faite quand il réalisa de nombreuses prouesses pour la nation. Son importance et sa puissance être niés par les aînés ainsi que par le Sandaime Raikage - ce pourquoi ce dernier redonna un place que la lignée méritait... Et ce, grâce Bãddaku. Voilà comment cet homme s'est fait une réputation au sein du village - certains l'admireront, certains le détesteront mais à aucun moment ce Yõtsuki n'a pensé à trahir Kumo. Sa dévotion envers sa nation... C'était du solide, et c'est ainsi qu'il se lia d'amour avec Chihiro Kudõ. C'est avec elle qu'il eut ses deux enfants, l'ainée: Wataru. Et le cadet: Shî. Maintenant que les bases sont posées, nous pouvons commencer l'aventure de ce garçon à queue de singe.

Venons en au fait, cette queue de singe n'a rien de naturel mais à belle & bien une origine que voici. Son père fit un pacte avec les Gorilles il y a une trentaine d'années afin de se les approprier en Kuchiyose. Devant jouer 50/50 sur la pacte, ils décidèrent de lui faire pousser une queue de singe afin qu'il soit considéré comme l'un des leurs. Et le fait que son fils en a hérité se voit du point de vue génétique tout comme le fait qu'il est destiné à s'approprier le pacte. Voilà tout. Les nations se trouvaient dans une période de ravitaillement où l'avidité était le principal trait de caractère de Kumo. L'avidité de pouvoir. Bãddaku cacha à ses enfants cette facette de Kumo qui remettait la nation en faute alors que cette dernière la rejetait sur d'autres innocents. Ce n'est pas pour autant que très jeune,  Shî se montra comme étant un une jeune très motivé.Il était rare de voir un jeune homme aussi motivé, contrairement à certains qui restaient en retraits, jugeant qu'ils étaient trop jeunes pour comprendre le fonctionnement d'un pays. Il n’était pas encore entré à l'académie qu’il était déjà mentalement préparé à devenir quelqu’un de dévoué à son Pays. Son père a tout fait auparavant pour que son fils soit préparé à l'éducation d'un shinobi - mais la culpabilité d'avoir fait condamné son épouse, traitresse de Kumo, était si forte qu'il se savait incapable de gérer son rôle de paternel sur le long terme. Il voulait juste que son dernier enfant soit capable de se débrouiller seul le jour où il atteindrait un grade lui permettant de prouver son autonomie. Alors Shî finit par admirer son père quand il fut en mesure de comprendre ce dont il était capable et avait fait dans l'histoire de Kumo. A partir de ce jour, Bãddaku s'éloigna pour ne pas que Shî sache ce qui était arrivé à sa mère. Mais l'enfant s'en fichait, ignorant tout de sa mère encore aujourd'hui, il n'avait que pour unique idôle: Son père.

Il allait jusqu'à copier son style vestimentaire, du moins dans les accessoires de combat. C'est à dire les brassards de combat tout comme le bandeau qui occupait son front. Ceci ne relevait pas de l'obsession, mais en étant aussi jeune... Shî avait besoin d'un modèle. D'un moyen de s'identifier et malgré le fait que sa sœur lui dise que son père n'était pas la bonne personne qu'il fallait admirer... Le jeune garçon se révéla être borné. En entrant à l'académie, il est inutile de vous préciser qu’il était déjà préparé à recevoir une éducation certaine. Et bien que les travaux accomplis en académie furent quelque peu complets, en dehors des cours il se hâtait d'acquérir une maitrise aiguisée du Taïjutsu pour quelqu'un de son âge. Il se voulait unique en son genre et espérait renouveler un jour l'exploit de son père. Être qui se faisait d'ailleurs de plus en plus absents, effectuant d'innombrables missions pour ses enfants afin de leur donner de quoi vivre. Cette absence soulageait Bãddaku car il ne pouvait assumer son rôle "d'assassin" envers son épouse. Mais Shî se disait toujours qu'il l'étonnerait à chaque retour à la maison. A chaque fois que son père rentrerait il le surprendrait avec ses progrès. Il voulait le voir sourire, il voulait un père qui puisse être fier de lui. Étant entré à l'académie dès ses cinq ans, il était surprenant de savoir que c'est 4 années plus tard qu'il put devenir un véritable Genin. A cet âge là, on le surprenait déjà à effectuer des gestes sveltes, rapides et vif pour son âge... Il était devenu la fleur des shinobi de sa génération. Bien que certains l'égalaient. C'est d'ailleurs à cet âge que deux personnes se joignirent à lui afin de constituer son entourage. Ces deux personnes s'avéraient être une fille et un jeune garçon - tout deux nommés Genin au même âge que Shî bien que la fille avait une année de plus qu'eux. Comment s'appelaient-ils ? Nii Hyûna & Zan Gekkõ.

Ces deux jeunes gens constituaient son entourage le plus fidèle qu'il aura jusqu'aujourd'hui et qui sait... Ceci durera encore longtemps. Il était tous les trois les plus prometteurs de leur promotion, ce pourquoi ils furent pris sous l'aile d'une personne faisant partie de l'élite de Kumo. Ainsi, sous cet angle... Shî était pratiquement certain d'aiguiser l'intérêt de son père bien qu'il était compliqué d'attirer son attention. C'est alors que les entraînements intensifs commencèrent, Shî commençait à développer une maitrise du Nintaïjutsu plutôt correct dans la mesure où dès ses dix ans, il fut capable d'éveiller ce que son père éveilla à ses 15 ans: Le Raiton no Yoroi. Une telle technique aux mains de Shî - et bien que l'éveil n'était pas synonyme de maitrise... Il était bel et bien décidé à maitriser cette armure de foudre qui affirmait le fait que dans ses veines, coulait du sang de Yõtsuki. Quant à sa sœur, elle s'était chargée de lui encore, la maison avait comme oublié l'odeur et la présence du père... Shî en souffrait secrètement, mais son envie de l'épater demeure toujours intact. C'est sûrement ce qui le fit tenir, et à force d'essayer de sortir du lot... A force de vouloir se reconnaitre, il finit par se faire baptiser Wakai Oozaru, le petit surnom qui enveloppa sa génération. Le jeune gorille. Certains le disaient trop insouciant... d'autres disaient qu'il réussirait à s'affirmer contre son père. Mais jamais il ne laissera qui que ce soit être une entrave sur la voie du progrès. Il trouvait déjà qu'il s'en sortait bien, il n'y avait nullement besoin de le démotiver. L'admiratif et ses deux meilleurs amis avançaient si vite dans leur parcours que leur senseï avait même décidé de pousser la difficulté  plus haut en les inscrivant aux épreuves Chuunin il y a de ça vingt-trois ans. C'était sûrement le meilleur moyen pour le jeune Shî de faire ses preuves. S'il remportait les épreuves, son niveau de jeune prodige ne pourrait être contesté. Et c'est sans rechigner qu'il accepta les inscriptions. Le jeune gorille allait sortir de sa cage !

Et voilà que les épreuves commencèrent avec les autres équipes d'autres villages. Shî était déterminé à remporter ces épreuves, si ce n'est qu'il ne savait finalement pas à quoi s'attendre. Bien que la première épreuve se déroula dans la perfection. Hyûna & Zan ainsi que Shî furent qualifiés pour l'épreuve de survie. Cette dernière se déroula dans les monts hostiles du pays de la foudre. Son équipe livrée à elle même finit par trouver refuge dans un parc à thème installé dans un petit coin reculé de Kaminari no Kuni. Ce parc a thème était pourtant un endroit dont il fallait se méfier. Ce parc à thème était recouvert d'une barrière qui dès lors que le trio la franchirait.. Ils seraient plongés tous les trois dans un genjutsu qui les confronterait à leurs propres peurs. Se dispersant, et étant persuadés qu'un des deux rouleaux de l'épreuve se trouvait dans la zone... Shî finit par développer une paranoïa (illusoire) qui lui montra des choses dont il avait peur. Des formes obscures longeaient le parc, rien de concret... Un conglomérat d'âmes défuntes erraient les rues du parc à thème. Encore inconscient du fait qu'il se trouvait dans un Genjutsu, la réalité leurrée était difficile à accepter. L'esprit encore un peu naïf de Shî était tel qu'il finit par penser que son père ne viendrait pas le sauver. S'enfonçant dans l’illusion, c'est bien entendu ses coéquipiers qui l'aidèrent à s'en sortir. Ayant trouvés le rouleau - il ne manquait plus qu'un seul pour les voir arriver aux éliminatoires. C'était une chance pour chacun des trois Genin. Sortant alors de la zone illusoire, ils durent affronter une équipe qui les avait suivit afin de les laisser prendre le rouleau. Ainsi ils n'avaient plus qu'à cueillir le trio de Shî - Zan & Hyûna... Mais ces derniers n'avaient pas abandonné, et l'échec n'était pas une option. Ils allaient gagner cette épreuve coûte que coûte, pour accéder à la finale. La bataille des six fut suivie par Bãddaku qui put reconnaitre pour la première fois, le potentiel certain de son enfant. Le jeune gorille était à l’œuvre.

C'est ainsi qu'ils finirent par posséder le second parchemin qui put les emmener jusqu'aux éliminatoires. Les affrontements durant lesquels le jeune trio montra sa dévotion et ses compétences. Kumo pouvait être fier de ces jeunes gens qui allaient pouvoir s'affirmer au fil des années, Bãddaku avait toutes les raisons du monde d'être fier de son fils qui se hissa à la grande finale de l'examen Chuunin. Toute sa famille était présente pour le soutenir, il était la proie d'un avenir prometteur. Il devait ouvrir les bras au progrès pour l'enlacer et aller de l'avant. C'est sur ces pensées qu'il se lança dans la bataille avec fierté et droiture. Le combat s'engagea contre un autre prodige du village caché d'Iwa, se faisant alors connaître de par des compétences qui égalaient celles des shinobi supérieurs. Les yeux étaient rivés sur l'adolescent et son adversaire, tout deux de jeune âge et pourtant tant de force se concentrait dans leurs faits & gestes. L'arène supportait les dégâts causés par les jeunes gens. Et ce ne fut que plus dangereux quand le jeune Kudõ éveilla le Raiton no Yoroi. L'atout ultime, sa botte secrète pour arriver à gagner ce combat. Certains dirons que sans cette armure il n'est rien - d'autres dirons que c'est le résultat de multiples entrainements qui l'ont mené à être le jeune prodige qu'il est. Et c'est ainsi qu'il remporta la finale du tournoi. Un grand frisson envahissant chacun de ses muscles usés par ses efforts physiques. Le sourire, le V de la victoire s'élevant en l'air. Un cri de joie jaillit d'entre ses petites lèvres. Et quelques minutes après, il s'effondra comme pour montrer que le repos venait après l'effort. Voilà qu’ils devinrent Chûnin, s’étant tous élevés à ce qu’ils voulaient devenir: influents. Et cette influence allait les aider dans l’ère qui s’ouvrit à eux: La Troisième Grande Guerre.

Les conflits avaient commencé. C’était inéluctable, les tensions entre nations se faisaient sentir depuis déjà des mois. Jamais Kumo ne s'était retrouvé dans une impasse face à Iwa & Konoha. Mais le pays de la foudre ne perdit pas espoir car sur leur terre sommeillait les plus vaillants shinobi  du pays, dont un qui avait la réputation du RIkudõ Sennin en terme de force. Chaque ninja du pays de la foudre, anciens & nouvelle génération s’étaient mobilisés pour défendre ce qui leur appartenait, tout comme attaquer les assaillants. Shi était prêt à en découdre, mais il s’attribua avant toute chose une fonction de garde rapprochée. Qui s’était-il mit en tête de protéger en cette période de guerre ? Nii Yugito. En effet, de par son statut de très jeune Jinchûriki, il lui avait été strictement interdit de rejoindre le front. Et peu de ninjas voulaient rester au village, mais Genma ne voulait pas laisser la jeune fille seule, alors il resta de son plein gré à Kumo en encourageant ses deux équipiers à rejoindre le front. Et c’est ainsi que durant une longue année, Shi prit par à la protection même du village caché des nuages tout en se spécialisant dans la protection des grandes influences. Et grâce à ses attitudes d’enfant  motivé, cette guerre était le moyen de montrer ce dont il était capable. Le temps passait si vite, il ne devait pas prendre du retard. Et cette année s’écoula sans que Yugito n’ait risqué quoi que ce soit. Cependant, pour la première fois avec la compagnie de ses deux, ils allaient rejoindre le front au pays de la roche pour la mission de sauvetage spéciale: unité d'infiltration de Kumogakure.

Elle avait besoin d’eux, l'unité, mais beaucoup trop de Kumojin étaient en mission dans différentes contrées. Shî et ses amis étaient les seuls disponibles . Le jeune trio aussi talentueux soit-il, parti dans les contrées du Pays de le la roche en faisant preuve d’un courage encore rarement discerné sur cette génération. A eux trois ils s’étaient mis en tête que l’on soit fier d’eux, que l’on puisse compter sur leur force et engagement pour exercer de nombreux exploits. Mais même s’ils s’étaient portés volontaires pour cette mission de sauvetage, ce n’était pas pour plaire aux yeux du village... C’est parce que leurs frères d'arme étaient en danger de mort et ils se devaient de se manifester sur ces terres pour les sauver. C’est ainsi qu’une fois la frontière passée, Sõn mit au point une stratégie afin de récupérer leurs alliés des griffes d'Iwa. Hyûna et Zan se plièrent au plan prévu par le fils de Bãddaku, et c’est là que tout débuta. Le plan de Sõn marcha à merveille et ils purent repartir dans la hâte, sauf qu’une information venant de l'unité finit par se «dévoiler». Le village caché d'Iwa avait fait de l'unité de véritables bombes humaines. Leur but ayant été qu'ils rejoignent Kumo pour libérer les explosions titanesques dans ce village. Pour eux, il était hors de question que Kumo subisse de tels dégâts alors ils demanda plus d’une fois à Sõn et Hyûna puis Zan qu’ils mettent un terme à leur fardeau... Mais ces derniers refusèrent.  C’est alors que sur le chemin du retour, se dressa une grande escouade d’Anbu d'Iwa qui tentèrent de les capturer. L’équipe devait se diviser, Sõn et l'unité d’un côté... Hyûna et Zan de l'autre, chargés de trouver du renfort, de l’autre. La bataille s’engagea.

Sõn avait l’intention de rentrer en vie avec ses équipiers. Et pour faciliter l’affrontement, il joua la carte de la stratégie en poussant les Anbu à se disperser. Mais si seulement cela avait été si facile... Le jeune chûnin s’était sur-estimé et s’est vu piéger par ses traqueurs. Une partie des forces spéciales d'Iwa l’empêcha de continuer. Sõn devait permettre à l'unité alliée de fuir vers Kumo... Mais il était encerclé et la seule option était de combattre, le plus bestialement possible. Il savait que le moindre faux pas lui coûterait la vie, alors il fut le premier à porter les attaques en activant le Raiton no Yoroi. Il se déchaîna pour survivre et mener à bien sa mission. Mais malgré tout ses efforts, il avait affaire à des élites, ne l’oublions pas. Sa volonté ne fut pas assez forte et même s’il tua trois Oinin, tous les autres ne manquèrent pas l’occasion de l’envoyer aux frontières du pays des morts.  Sõn pesta son incompétence, il alla même jusqu’à se maudire. Mais alors que tout espoir semblait perdu, alors que l’épée de Damoclès pendait au-dessus de son visage, une présence le sauva. Une chose, un animal surgit de nul part et manifesta une férocité encore jamais vu. Cet animal déchiqueta avec rapidité chaque Oinin en s’imposant de par sa taille et son poids sûrement démesuré. L’adolescent ne voyait pas tout, et il ne pouvait plus bouger, allonger sur le ventre. Il avait beau faire face au massacre, sa vue ne lui permettait pas de tout discerner. Néanmoins, tout ce qu’il put voir ressemblait à une bête aux poils bruns, sur ses deux pattes.. Une créature humanoïde. Le point positif c'est que pendant l'affrontement, sa rapidité lui permit de contenir tous les Anbu sur la scène de combat... Ses alliés purent fuir.

Le réveil du jeune adolescent n’eut lieu qu’une semaine plus tard. Il avait alors sombré dans un profond coma et s’étonna être encore en vie. Mais s’il pouvait désormais se relever c’est à l’animal qui l’avait sauvé. D'ailleurs, cet animal se révéla être présent à son réveil.  Sõn s’était retrouvé dans une grotte et quand il sortit de celle-ci,  son ange-gardien se tenait couché sur le ventre sur un rocher qui surplombait la grotte. Cet animal ? Un gorille, doué de parole qui plus est. Il  avait prit soin de Sõn durant toute une semaine en le mettant à l’abri des Iwajin. Pourquoi l’avait-il sauver ? C’est la première question que Sõn lui posa une fois l’avoir remercié de l’avoir soigné. Apparemment le gorill avait vu son combat contre les Anbu et avait vu en lui la férocité d’un guerrier. Le malheureux gorille avait perdu les siens en plein dans la guerre. Et la question que posa Sõn après la réponse du gorille, ce fut: qui êtes-vous ? En effet, un primate de cette taille et de ce poids là ne pouvait pas être une simple bête sauvage, qui plus est... était doué de parole.  Il ne nia pas le fait d’être spécial, loin de là, il l’approuva même. Elle lui demanda de s’installer bien confortablement car dans quelques secondes il allait lui faire part d’une histoire assez unique en son genre. Sõn s’exécuta sans protester, après tout, il n’allait pas refuser l’hospitalité de celui qui l’a sauvé. A ce moment là, le gorille dévoila son identité et la raison de sa présence sur ces terres. Il s'appellait Beerus. Fils du Roi Kuchiyose des gorilles: Oozaru.

Oozaru était connu du Mt de Terremer, le monde des Kuchiyose gorilles se trouvant sur la côte est du continent shinobi. Ces terres furent souvent convoitées car elles renfermaient de nombreuses ressources naturelles nécessaires à la vie et au quotidien des shinobi et villageois. Malheureusement, le gorille géant ne laissa jamais personne repartir une fois les intrus entrés sur ses terres sacrées. Il avait une faible estime des êtres humains et s’était promis depuis la nuit des temps que ses terres resteraient inviolables. Puis il eut  un fils, Beerus. C’est à ses côtés qu’il décida de régner et d’assurer la protection du Mt Terremer. Ensemble ils décimèrent tous les intrus qui violaient les lois de ces montagnes et ces plaines. Ils n’eurent aucunes clémences et aucunes pitiés envers les humains. Mais ces Mt ne devinrent pas leur refuge pendant bien longtemps car Beerus s'était lié d'amitié avec un humain qu'il forma par la suite: Bãddaku Yõtsuki. Ceci fut perçu comme un relâchement et une armée profita de l'occasion pour les envahirent. Son père le renia pour son incompétence et se chargea lui même de dévorer les intrus, tout en exilant son fils  et garda Bãddaku avec lui. Descellant en cet humain un potentiel non négligeable il finalisa à sa façon sa formation en lui faisant pousser une queue de singe. Le contre-coup pour finaliser la formation . Beerus traversa de nombreux pays et celui qu’elle finit par hair le plus fut celui de la Terre. C’est là que des ninja d'Iwa le reconnurent, lui qui avait tué des Iwajin sur ses terres natales. Ces Iwajin essayèrent de l’éliminer  ce qu qui faillit arriver. Et si Beerus a sauvé Sõn d'Iwa se n'était pas que par haine envers le village de la roche, mais parce que Sõn était l'enfant de l'homme que Beerus forma par le passé. Leur physique collait à 200% et il avait une queue de singe, héritage génétique du paternel.

   Le Chûnin de Kumo savait désormais tout sur Beerus. Ce dernier s’était pris d’affection pour l’humain, tel un père ayant perdu de vue ses deux seuls héritiers. Il lui proposa la même formation que Bãddaku eut étant plus jeune. Ceci faisant office de gain de pouvoir pour Sõn, et cela sonna comme de la réeducation avant de rejoindre Kumo. Sõn n’avait rien à perdre, l’histoire de Beerus l’avait fortement intéressé et sur la longue tirade narrative, il se mordit le pouce jusqu'au sang. Il déroula un parchemin vierge et y imposa sa signature. Il regarda le gorille d’un regard confiant et l’encouragea à y laisser une goutte de sang. Ce dernier ne se fit pas prier et se mordit la langue langue bestiale pour signer à son tour. Le pacte de sang était fait, les deux énergies se mêlaient entre elles et Beerus disparu dans un nuage de fumée. Sõn  avait passé son premier Kuchiyose no Jutsu. Et c’est alors qu’il reprit la reprit la route pour Kumo,  il voulait faire savoir qu’il était en vie et curieux de savoir si la mission avait été accomplie. La Guerre n’était pas fini. Il reprit son rôle de Chûnin auprès du dynamique Zan & de la bornée Hyûna. Ils restèrent au pays de la foudre et affrontèrent différents pays, faisant preuve d’un courage et d’une motivation sans bornes. Rien ne les arrêtait. S’ils survivaient à la Troisième Grande Guerre, ils seraient voués à un destin bien prometteur. Et  ça, Sõn ne pouvait pas l’écarter de sa portée... Il voulait ce destin. Ce pourquoi il se surpassa, comme à son habitude. Ninja de classe moyenne et pourtant si fort. Son père eut échos des exploits de son fils qui avait ramené l'unité en vie à Kumo, et le fait qu'il s'approprie Beerus était une réussite autant pour lui que pour Wataru. Sõn avait forgé sa réputation à partir de ce moment là, grâce à la guerre.

Et puis, les efforts payèrent, le pays de la foudre avait bien subi des dommages mais les êtres influents étaient encore en vie et ce qui devait être protégé, fut protégé. Grâce à la jeune génération et, malgré les pertes importantes, aucun des adolescent n’oublia pour quoi ils se sont battus: pour Kumo. Les promotions des héros de guerre sonnèrent comme un cap vers l’élévation hiérarchique. Âgé de 16 ans, il fut promu Juunin alors que pour la première fois son père lui fit un cadeau qui ne sera que bénéfique pour la suite de la vie de Sõn. Bãddaku avait encore son senseï d'en vie qui vivait en ermite sur l'île de la tortue. La promotion de son enfant ne devait pas marqué l'arrêt du progrès alors il lui proposa de se faire former par celui qui fit de Bãddaku un homme reconnu dans le village pour avoir su aiguiser l'intérêt du Sandaime Raikage. Sõn ne refusa pas un instant et après une remise en forme complète qui avait suivit la guerre, il fut envoyé à des kilomètres de son village natal pour être accueilli par  Kame Tetsujin. Le maître allait entraîner le fils de celui qui fut son unique prodige par le passé. L'objectif de Kame, quand il apprit que Sõn allait lui rendre visite, c'était de le former en quatre ans pour qu'il puisse à son tour devenir un guerrier sur qui Kumo ressentirait le besoin de s'appuyer. Son but.. était de lui donner la puissance nécessaire pour qu'il puisse devenir une légende. Au final, Kame fut partit du principe que Sõn était destiné à surpasser son paternel pour que sa voix se fasse entendre au-delà de Kumo.


PHYSIOLOGIE & PSYCHOLOGIE





MENTAL


Impartial : Qu'est ce qui se dégage en premier lieu d'une personne impartiale ? Est-ce le fait d'être injuste avec les autres ? Oh, vous savez autant que moi que cela relève du fait d'être équitable. Prendre parti neutre pour arriver à une conclusion, puisse t-elle être adhéré par tout le monde. Shî dégage cette partie là de lui en effet, essayant d'être le plus objectif possible, il tentera de faire en sorte que tout le monde y trouve son compte. Le terme d'intègre se marie bien à cette caractéristique de sa personnalité, faisant preuve d'une grande honnêté cela joue sur ses décisions. Shî a de toute façon toujours été ainsi, et c'est l'expression discrète & je-m'en-foutiste de son visage qui soutient cette partie de sa personnalité.

Désinvolte : Et pourquoi pas après tout ? Rien empêche un ninja supérieur d'être ainsi. Shî  se permet d'être un homme assez détaché comme dégagé. Ce deux mots représentent l'emboîtement parfait de deux pièces d'un puzzle. Se complétant, Shî sait faire savoir son attitude un poil sans-gêne sans être totalement impertinent. Il sait aller au-delà de son seuil de tolérance.  Mais il faut reconnaître quelques qualités à cela, notons que le fait d'être dégagé peut procurer une certaine aisance, ou bien même de l'assurance dans différentes situations. Tout cela se joue sur des airs badin où notre cher élite parait léger, plaisant en étant légèrement espiègle. Il parait alors comme une personne vive & éveillée.

Décalé : Le terme utilisé est sans doute un poil hyperbolique dans la mesure où il s'agit d'un critère bien précis de sa personnalité. Ce dernier rejoint cet aspect calme dont il s'imprègne si bien. De quoi je veux parler ? Du fait que peu importe la situation il sera apte à sortir de mauvaises blagues. Cela laisse croire que son entourage est prêt à le couper dans son élan afin d'éviter un éventuel viol auditif de sa part. Mais il ne semble pas utiliser tant de mauvaises vannes que ça, ce qui porte à croire que cette partie de sa personnalité n'est pas souvent mise en valeur.

Joie Contagieuse : Loin d'être un garçon calme, il ne demeure pas moins un homme qui s'accroche à la vie et croque dedans à pleine dent. Rarement en colère, il lui arrive de rigoler même face à un adversaire. Mais outre cela, certains de ses proches iraient jusqu'à dire que sa joie de vivre n'est que trop contagieuse. Ceci étant assez comique, et ainsi il devient un  garçon auquel on peut s'attacher très vite. Autant pour sa jeunesse d'esprit que pour ses sourires, ses rires, et ce qu'il représente en tant que shinobi.

Stratégique : Car il faut mettre son talent au service de sa nation. Et celui de Shî n'est clairement pas à sur-estimer. Bien qu'il ne soit pas encore tout à fait capable de s'adapter à toutes les situations inconnues dans lesquelles il peut s'engouffrer, ses acquis lui ont permis d'être quelqu'un de très intelligent. Autant sur le front que derrière, en parlant plutôt qu'en agissant, il est une personne qui sait à peu près faire avec les moyens du bord. Son âge reflétant son expérience, il n'est pas à prendre à la légère. Pour ce qui de l'art de diriger et de coordonner des actions pour atteindre un but précis. Son esprit de l'analyse le rend assez habile. En effet, l'interprétation des faits est en soit un exercice des plus habituels pour l'homme qu'il est, parvenant à résoudre les problématiques qui s'imposaient à lui. Il peut faire preuve d'un puissant individualisme, il lui arrive parfois de s'enliser en un silence des plus persévérant.

Ambitieux & Persévérant : Bien qu'il ne le montre pas, il est un homme soit disant affecté par le passé. Se servant des éléments qui ont constitué sa vie pour les définir comme les raisons de sa progression. Il tient son rôle très à cœur et ne tient à pas ce que l'on vienne le rabaisser sans se justifier. Peut-être qu'il veut se différencier sans le faire savoir, ou bien juste montrer que même un trentenaire peut avoir encore des surprises. C'est un désir de réussite qui l'habite, et transmettre cette réussite à ceux qui l'admireront. Vif de réussir de nombreuses choses, il est habité par la rage de vivre. Une rage qui ne lui fait pas baisser les bras peu importe l'adversaire qui s'oppose à lui.

Calme : Le calme envahie Shî en temps normal. Il est rare de le voir énervé car il sait modérer ses sentiments. Il sait se tenir tranquille et cette posture fait émaner de sa personne une sérénité presque troublante. Il y a une absence totale d'agitation, une parfaite maîtrise de soi. Au final, il est un homme assez placide, pouvant dissimuler inquiétude et frustration. Nous lions son air semi-je-m'en-foutiste au fait que ce dernier  peut faire émaner, en combat, une sorte d'indifférence. En effet, cette forme d'indifférence prenait un rôle de voile qui cachait toute forme de faiblesse (bien qu'il en soit difficile avec sa corpulence). Ne se laissant guère impressionner par ses adversaires, quels que soient leur niveau ou le nombre. A travers son regard, il ne laisse transparaitre aucune faiblesse. Au final, que peut-on dire de cette partie de sa personnalité ? Il ne s'agite que rarement et garde son sang-froid même dans une situation des plus précaires.

Confiant & Hautain : Il fait preuve d'une indifférence prenait un rôle de voile qui cachait toute forme de faiblesse. Ne se laissant guère impressionner par son adversaire, quel que soit son niveau. Mais face à une personne un peu trop confiante, Shî ne se fera jamais prier pour le rabaisser avec verve tout en faisant preuve d'un cynisme cinglant. Et autant dire que la futilité est un affront à sa patience, alors il lui faudra un sens à tout affrontement. Mais c'est là que l'on cerne le contraste entre son enfance et le passage à l'âge adulte. Un guerrier forgé par l'âge et l'expérience professionnelle.

Goûts : Pour finir, nous abordons les goûts de notre élite. Tout d'abord, les voyages demeurent le passe-temps de Shî. Cela est vrai pour son passe-temps mais sa passion demeure les combats, toujours prêt à affronter plus imposant pour se perfectionner de plus en plus. Son rêve de combattant étant de surpasser le Sandaime Raikage. Ce qui est compréhensible après tout. Il s'avère qu'il a en effet une phrase fétiche bien que cela agisse plus comme des mots ou actions revenant le plus souvent: agir plutôt que parler. Allez savoir, il reste aussi bien un très bon orateur qu'un excellent shinobi. En plat préféré nous relevons les rame,s, allez savoir quel taré peut apprécier cela. Je sais que manger des légumes c'est bon pour la santé, mais y a exagération. Cependant son plat qu'il déteste le plus reste les épinards. A croire que les places auraient dues être inversées.



PHYSIQUE


La physionomie de notre homme est simple sans aller dans le complexe. Au premier coup d'oeil on peut voir une corpulence assez svelte, sous son air empli de joie et de prestance. C'est un air qui ne le rend pas si indifférent finalement. Cet aspect enfantin se reflète aussi bien aisément sous ses traits harmonieux, délicats et d'une légère pâleur peu laiteuse. Spectateur de son propre physique, il pourrait vous paraître doux à décrire, mais la réalité nous le révèle sévère et méfiant quant à la confiance que sa nation porte envers Konoha. Ceci contrastant avec ses cheveux ébènes, s'élevant tel la crinière d'un animal hirsute. Sa coupe de cheveux est formée de façon à ne pas l'entraver durant un combat.

Une sorte de charisme s'imprègne de lui lorsque la brise passagère décide de s'engouffrer dans ses cheveux. Au niveau de ses sourcils: ne paraissant ni trop fins ni trop épais, ils se fondent bien dans une sorte d'aspect délicat, montrant qu'il peut être calme et posé.Nous attaquons désormais une partie du physique qui et bel et bien digne de ne pas être considéré comme un simple détail. Des pupilles anthracites demeurent dans ses yeux, un regard aux allures enfantines alors qu'il est plutôt du genre à refléter une lueur déterminée selon la situation  à laquelle il doit faire face.

C'est sous le silence résolument (quoi que...) tenu par ses fines lèvres, retenant avec volonté ces mots qui pouvaient être vu comme de la vulgarité envers la haute hiérarchie. Le reste de son visage demeure tout aussi propre qu'un flocon de neige descendant dans le berceau de la Terre. Cette blancheur immaculée est importante pour l'homme qui la porte. Son corps s'imprègne d'une musculature travaillée dans des années, rien est fait pour paraître comme étant du bluff. Certaines penseront que l'habit ne fait pas le moine, mais son style tout comme sa corpulence traduisent l'expérience accumulée dans sa vie. Des bras assez épais tandis que ses doigts resteront normaux. Quant à sa tenue vestimentaire, elle se différencie de celle des Shinobi de Kumo car c'est celle qu'une branche de son clan porte. (voir histoire)

Cela se résume à un kimono bleu recouvert d'un second tissu légèrement épais et orangé. Sur celui-ci est cousu deux blasons. Le premier au niveau de sa poitrine avec un Kanji qui signifie: Sõn. Celui au dos du kimono montre le symbole de Kumogakure. Il porte aussi des brassards de combat au niveau des poignets, une sorte de coutume de combattant.. Ses bottes de combat sont bien différentes des sandales de ninja car elles sont composées d'un métal assez fin qui lui procure légèreté et puissance de frappe assez imposante en vue des 92 kg de muscles que représente Sõn.

Aucun tic ne se présente au niveau de sa gestuelle, ne désirant pas trahir sa personne. Cependant si l'on met en parallèle ses aptitudes au combat ainsi que la façon dont son corps est formé, nous ne pouvons nier cette célérité qui s'empare de ses mouvements lorsqu'il combat au corps à corps. Il est donc malvenu que de se leurrer sur son apparence si lattant, et un poil arrogante même s'il ne cherche pas à laisser transparaître cela.





۞ Prénom ou Pseudo : LSD Art.
۞ Âge : 19 Ans.
۞ Présence sur le forum : Quandjepeux/7.
۞ Suggestion / Avis sur le forum ? : Nada.
۞ Parrain : Anybody.

_________________
Hiirõ no Kirigakure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
S. Sõn Kudõ • lighting z. (uc)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Image-based lighting
» Demoreel 2012 Lighting/Rendering/Compositing
» MacGuff cherche TD (Nuke et Light/shading ) et Dev (rendu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wint'Ice :: LSD Art :: Présentations :: N. New Era-
Sauter vers: