Wint'Ice

Forum Test
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Azriel Izaya ∫ No Blood ! No Bone ! No Ash !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wint'Ice
Admin
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 16/05/2013

MessageSujet: Azriel Izaya ∫ No Blood ! No Bone ! No Ash !   Lun 3 Fév - 2:56


AZRIEL IZAYA
Informations générale sur le personnage
Prénom : Azriel
Nom : Izaya
Sexe : Masculin ♂
Âge : 19 ans
Personnage sur l'avatar : Yata - K-Project
Région de départ : Hoenn
Statut : Dresseur
Numéro ID : 3005


Description physionomique
« La société est basée selon des stéréotypes, des idéaux. L'être humain a pour prédisposition d'étiqueter ses confrères... Au premier regard, lors des premiers échanges, chacun est classifié selon des critères prédéfinis par son interlocuteur. Le premier jugement. Une personne de belle apparence sera toujours porteuse d'un bon verdict au contraire de quelqu'un dont l'apparence laisse à désirer. Ce sont les rouages néfastes et défectueux du cerveau humain qui ne cessent de classer leurs semblables selon des idéaux funestes… »

Tu laissas un soupire franchir tes lèvres alors que tu te laissais tomber contre un lampadaire, l’air désemparé, fatigué même. Sans y faire plus attention, tu déposas sans ménagement ta batte de baseball à côté de toi alors que ton skateboard ne tarda pas à aller la rejoindre. Tu étais exténué comme tu l’avais peu de fois été dans ta vie. Ton regard se promena sur les passants autour de toi qui continuaient leur route sans faire attention à ta pathétique existence. Qu’est-ce que tu pouvais détester Mérouville. Les gens y étaient tous snobs et n’accordaient à ta vie aucune valeur… Rien à voir avec Poivressel où les gens, même s’ils ne t’appréciaient pas et te balançaient des insultes par la tête à chaque fois que tu volais un légume à un marchand quelconque, faisaient attention à toi. Glissant ta main sur ton visage, tu empoignas ton bonnet gris cendré que tu retiras brusquement pour découvrir une chevelure rousse houleuse aux nombreuses mèches disparates et rebelles. Combien de fois avait-on prit la peine de te rappeler que ta chevelure rappelait la fourrure d’un clébard… Pire qu’un Medhyena d’après eux. Pfff, c’était n’importe quoi. D’accord, tes cheveux avaient des tendances rebelles, mais ne portais-tu pas un bonnet justement pour contrôler ce petit défaut? « Tu as l’air misérable, tu devrais te couper les cheveux! Ça t’irait beaucoup mieux! », Mais de quoi se mêlaient-ils tous à la fin? Et Arceus savait que ta grand-mère était de loin la pire d’entre eux. Une vraie vipère c’te vieille.

Un sourire apparut sur ton visage. Au moins, tu étais parti. La crise d’hystérie de ta mère quand elle avait apprit ton appartenance au Howling Flame, cette bande de voyous sans avenirs qui s’amusaient à foutre le bordel à Poivressel et ses environs, t’avait convaincu qu’il étant grand temps de couper les ponts avec la maison familiale. Sauf que tu étais toujours mineur et que la vieille Izaya refusait de te laisser quitter le domicile avant ton temps. À priori, la mère et la fille étaient aussi chiantes l’une que l’autre. Depuis un an maintenant, tu avais foutu le camp et pas une seconde tu ne l’avais regretté. Difficile de regretter un tel choix idyllique après tout. Te relevant, tu attrapas ton skateboard que tu laissas tomber devant toi avant de déposer un pied dessus, relevant les manches de ton pull blanc dont le col en triangle était souligné d’une ligne bleue foncée. Resserrant au passage le nœud formé par les manches de ta veste de coton ouaté rouge sans artifices autour de ta taille, tu utilisas ton deuxième pied pour te donner une poussée avant de le ramener à son tour sur la planche au-dessous blanc et marquée du signe rougeâtre du Howling Flame, qui promettait de rester à toujours avec toi. Alors que tu arpentais les rues de Mérouville, batte à la main, les gens opinèrent enfin t’adresser un coup d’œil outré.

Bien sûr, c’était toujours la même histoire. Comment ignorer le petit voyou qui se promènais, batte à la main, un air menaçant au visage… Encore fallait-il admettre que tes sourcils presque perpétuellement froncés, cette moue mécontente qui brillait inlassablement sur ton visage lorsque tu n’étais pas en compagnie des tiens… Tout ceci n’avait pas pour but commun d’attirer la sympathie des habitants d’un coin aussi civilisé que Mérouville. En même temps, ils jugeaient tellement assidûment que tu peinais à leur adresser le moindre sourire. De toute manière, même tes sourires semblaient les inquiéter. Encore fallait-il croire qu’il y avait quelque chose avec les traits sans cesse mécontents de ton visage qui leur déplaisait tout simplement… Pourtant, lorsque tu étais en compagnie de Dylan, tes traits prenaient tout de suite une allure bien différente, beaucoup plus douce. Il en était pareil lorsque, il y a quelque mois encore, tu étais avec les autres membres du Howling Flame. Désormais solitaire comme un loup, ton visage ne semblait plus s’attirer la sympathique que de ce foutu Torchic qui te collait aux baskets depuis quelques semaines déjà.

Bien sûr, c’était toujours la même histoire. Comment ignorer le petit voyou qui se promène, batte à la main, un air menaçant au visage… Encore fallait-il admettre que tes sourcils presque perpétuellement froncés, cette moue mécontente qui brillait inlassablement sur ton visage lorsque tu n’étais pas en compagnie des tiens… Tout ceci n’avait pas pour but commun d’attirer la sympathie des habitants d’un coin aussi civilisé que Mérouville. En même temps, ils jugeaient tellement assidûment que tu peinais à leur adresser le moindre sourire. De toute manière, même tes sourires semblaient les inquiéter. Encore fallait-il croire qu’il y avait quelque chose avec les traits sans cesse mécontents de ton visage qui leur déplaisait tout simplement… Pourtant, lorsque tu étais en compagnie de Dylan, tes traits prenaient tout de suite une allure bien différente, beaucoup plus douce. Il en était pareil lorsque, il y a quelque mois encore, tu étais avec les autres membres des Howling Flame. Désormais solitaire comme un loup, ton visage ne semblait plus s’attirer la sympathique que de ce foutu Torchic qui te collait aux baskets depuis quelques semaines déjà.

Fourrant ta main dans l’une des poches de ton short kaki, tu débarquas de ton skate alors que tu venais de pénétrer dans une ruelle d’apparence assez misérable. Sortant une clé de ta poche, tu t’arrêtas devant une porte de métal dont la peinture commençait à s’écailler ce qui t’arracha une grimace de dégoût. Enfonçant la clé dans la serrure, tu tournas la poignée alors que la porte s’ouvrait dans un grincement infernal que la ville voisine elle-même aurait pu entendre. Entrant dans la pièce, tu retiras tes chaussures bleues aux lignes et lacets orangés que tu envoyas valser dans un coin du hall. Tâtant le mur à la recherche de la lumière, tes doigts rencontrèrent le misérable interrupteur.

Quand la lumière s’alluma brusquement, tu plissas les yeux le temps que ceux-ci s’habituent à la lumière artificielle qui détonnait avec la couleur du soleil à l’extérieur. Ton petit nez pointu en trompette se plissa légèrement avec dégoût quand l’odeur d’humidité t’assailli brusquement. Poussant ta planche à l’intérieur, tu déposas ta batte sur le pas de la porte alors que tu la refermais derrière toi. Ton regard aux pupilles noisette et à l’allure sévère se posa sur le réfrigérateur blanc. Ton ventre gargouilla légèrement ce qui attira ton regard vers celui-ci. Bientôt, une petite rondeur se ferait voir à cet emplacement si tu continuais de t’empiffrer de la sorte. D’ailleurs, toi-même tu commençais à te trouver assez gros. Franchement, 45 KG pour 167 CM, il y avait de quoi s’inquiéter! Franchissant en quelques pas à peine la distance qui te séparait de l’électroménager, tu en ouvris brusquement la porte en attrapant une peinte de lait que tu bus à même le carton. T’essuyant la bouche du revers de la main, tu t’attardas un peu plus longtemps sur la montre en argent qui trônait à ton poignet. La nuit tomberait bientôt, tu le sentais. Tant mieux, il n’y aurait plus personne pour venir t’emmerder… Quoi que depuis que la Team Aqua avait foutu le bordel au sein du Howling Flame, ta vie était assez calme et plutôt ennuyante. Il ne se passait plus rien… Tout était trop banal, dénué d’excentricité. Et tu ignorais quoi faire pour remédier à ça.


Description physiologique
« Le monde est un amalgame de personnalités différentes qui constituent toute la diversité humaine. Il y a, en ce monde, des mentalités susceptibles de vous faire trembler de terreur alors que d’autres iront rechercher cette fibre vertueuse qui ne demande qu’à vibrer au fond de votre être. Il est difficile de classifier gentils et méchants, tant la complexité de l’esprit humain est un sujet délicat et difficile à définir. Après tout, personne n’est jamais entièrement bon ou mauvais, c’est pour ça que l’humain, dans toute son imperfection, est tant humain. »

[E.C]


Informations générale sur le pokémon
Race : Poussifeu
Sexe : Masculin ♂
Surnom : Hawk
Nature : Jovial


Informations générale sur le  joueur
Quels sont les 3 Pokémon de MP ? | (1. Couaneton)| (2. Chaglam) | (3. Leopardus) |

C'est un double-compte ? Oui. Absolument. De qui? Telle est la question! ... /Ezekiel Fitzgerald/

Comment avez-vous découvert Master Poké ? Grâce à un membre qui n'a jamais donné suite à sa pres'. 

Blabla sur toi : Wint'Ice ; Androgyne, Hermaphrodite, Transsexuel de 84 ans.
© Wayke pour Master Poke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wintice.montopic.com En ligne
Wint'Ice
Admin
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 16/05/2013

MessageSujet: Re: Azriel Izaya ∫ No Blood ! No Bone ! No Ash !   Ven 17 Avr - 0:32





No blood, no Bone, no Ash
feat Yata Misaki from K-Project
I. BE YOURSELF
PRÉNOM : Azriel
NOM : Izaya
ÂGE : 20 ans

RÉGION : Kalos
STATUT : Dresseur
NUMÉRO ID : 8080

II. WHO ARE YOU?
Azriel est un homme d’apparence calme. Ouais bon, ne vous moquez pas. Avant, c’était différent. Avant, c’était une tête brûlé : un con, un SANG-CHAUD, un violent et un barbare même… Mais lorsqu'on passe une année entière dans un MONASTÈRE, entourés de moines tous plus silencieux les uns que les autres, notre tempérament tend à s’adapter. Il n’a pas vraiment eu le choix. Déjà qu’ils l’ont accueilli sans d’autres motivations que leur pitié à l’égard de cette âme tourmentée… Autant dire qu’il avait tout intérêt à ne pas merder. Du coup, il est devenu calme. Mais alors là : vraiment calme. Inutile de le provoquer, il est complètement insensible à ce genre de comportement devenu puérile à ses yeux. Il a gagné en maturité, assurément. Après avoir survécu à la fin du monde et à la mort des siens, plus rien ne l’affecte réellement… Au fond, il a quelque peu calqué l’attitude snobinarde de ces moines qui pensent que leur existence elle-même est le centre de l’univers en entier. Ils détiennent la vérité. Ils sont les élus d’ARCEUS. Tout simplement.

Il est devenu ennuyant, autant ne pas se le cacher. Assez silencieux dans son genre aussi puisque c’est la règle d’or de ne jamais parler hors des heures de prières… Autant être honnêtes : Azriel a changé du tout au tout. Ce n’est plus du tout le gamin qu’on aurait pu rencontrer l’an passé et ce dernier n’a rien à envier à l’homme qu’il est devenu puisque celui-ci est assommant et résolument centré sur lui-même et un objectif qu’il garde obscur. Il est difficile d’apprécier Azri’ quand on l’a connu sous son meilleur jour et qu’il semblait encore vivant. On ne peut quasi pas se faire à l’idée que ce gamin au tempérament bouillant et excessif soit devenu aussi monotone et GRIS. Ça a pour habitude de désillusionner drastiquement tous ceux et celles qu’il a connu de son ancienne vie… et même ceux qui le rencontrent désormais ne lui voient plus beaucoup de différences à côté des autres moines. Certes, il a une gueule quand même un peu différente : des cheveux roux franchement désordonnés et qu’il a refusé de mettre à zéro, une expression sans cesse renfrognée et pas franchement apaisée pour deux pokédollars, une grandeur de presque nain… Mais on ne peut pas réellement affirmer hors de tout doute que ce mec était un « criminel » l’an passé encore et qu’il kiffait foutre le bordel dès qu’il le pouvait. Azriel, comme tous les moines de son entourage, a l’air d’avoir perdu tout ce qui pouvait ressembler à une quelconque personnalité. Il a presque oublié le son de sa propre voix et se fait discret dès qu’il sort du temple. Et dieu sait que discrétion et Azriel n’ont JAMAIS rimé par le passé.

Quand vous voyez le gamin pour la première fois, vous remarquez certainement le contraste saisissant du blanc de sa coule avec la rousseur de ses mèches. Le gamin est dans la fleur de l’âge et il se cantonne déjà à une vie d’ennuie entourés de vieux et moins vieux à la recherche de la reconnaissance de dieu… Vous serez peut être triste pour lui et ça serait assez légitime de votre part honnêtement. Pourtant, quand il vous verra, il essayera avant tout d’esquisser un sourire à votre encontre malgré les têtes endormantes des autres moines qui l’accompagneront. Quelque chose de particulièrement sympathique réside pourtant dans ce brin d’homme qui a su se faire accepter dans cet univers particulièrement assommant pour quiconque rêvant d’action et d’aventures. Peut-être perdra-t-il rapidement son sourire afin de calquer davantage ses faits et gestes à ceux de ses semblables, mais vous saurez au moins que tout n’est pas perdu pour lui. Azriel n’est pas très grand. 1M67 à tout casser et il ne s’en plaint pas. Il a d’autres soucis sur lesquels se fixer : Ses 50kg entre autres. Le gamin a un complexe de grosseur qui ne l’a pas quitté depuis qu’il a rejoint le temple… Complètement ridicule vous admettrez : le jeune homme est pourtant quasi anorexique. Il se trouve toujours trop gros, trop imparfait et il a la sensation d’avoir toujours du gras qu’il pourrait éliminer pour pas grands choses. Ce sont certainement les demeurants d’une vie plus féminine que la moyenne qui l’ont trainé dans cet enfer et il n’a pour seule responsable que la folie de sa mère. Il assume pourtant. Azriel, selon ses dires, est GROS. Dans les faits, quelques kilos de plus ne lui feraient pas de mal. Au contraire.  

Derrière sa gueule blasée se cachent certainement les restes en voie d’extinction d’une personnalité bien plus colorée. Mais tant pis s’il refuse de se laisser la chance de recouvrer sa vie d’antan… Non? Le garçon s’est beaucoup cultivé depuis son arrivée au monastère et il a beaucoup gagné en culture générale et même en … en intelligence : point barre. De ce côté au moins, peu importe ce qui arrivera, il s’en sortira éternellement gagnant. Azriel était con, il l’est un peu moins. Cependant, certaines choses n’ont pas changées chez lui : sa timidité exemplaire envers les filles. Inutile de lui demander clairement de s’adresser à l’une d’elle, le résultat risque d’être toujours aussi décevant. Il bégayera le trois-quarts de ses phrases et s’exprimera dans un français plus ou moins logique couplé d’une intonation un peu effrayante. Tantôt en criant pour se donner du courage et tantôt en murmurant pour passer inaperçu. Bref : Azriel, devant une fille, il perd le nord. Parfois c’est mignon, parfois c’est carrément embarrassant. Difficile en tant que femme de tenir une véritable conversation avec un empoté comme ça et s’il y a bien une chose qui plait au jeune Izaya depuis son adhésion au temple, c’est nécessairement la disparition des femmes de son environnement. Sa vie est beaucoup moins compliquée depuis, vous l’admettrez. Peut-être un tantinet moins intéressante, mais plus simple. De toute façon, il n’y a, somme toute, plus rien de réellement captivant dans l’existence d’Azriel. Tout est monotone et lui-même se surprend parfois à s’ennuyer là-bas. Son quotidien l’assomme et il supporte tout sans broncher. Il a appris à prendre sur ses épaules.

Finalement, dans les faits : il faut admettre que le gamin a rondement changé au cours de la dernière année. Si, physiquement, il se ressemble toujours autant malgré un style vestimentaire diamétralement différent, psychologiquement le changement est ahurissant. Au final, ses objectifs au temple doivent être bien importants pour qu’il accepte de se soumettre à ce point à la volonté de ces moines à qui il n’avait pourtant rien à envier…
III. YOUR LIFE STARTS NOW
Difficile de dire à quel instant exactement débute l’existence d’AZRIEL IZAYA… Certains diront, non sans avoir raison, que sa vie a commencé le jour de sa naissance. Ça tombe sous le sens, forcément. Mais, si on demande ses convictions au jeune homme, il balayera du revers de la main ces paroles en affirmant que sa vie a débuté le jour où il a rencontré le HOWLING FLAMES : une gang de garçons un peu cons qui s’amusaient à l’époque à foutre le bordel à POIVRESSEL et ses environs. Pourtant, il a eu un passé avant. Mais c’est le genre de histoire qu’on cherche généralement à effacer de sa mémoire, vous comprendrez. Et non : pas d’enfance dramatique bercée par les cris, la mort, la violence et l’alcool. Les premières années sur terre d’Azriel ne sont pas de ce genre-là. Elles ne sont pourtant pas non plus amour et tendresse remarque…

Azriel a été élevé par sa mère et sa grand-mère… Qu’il a toujours surnommé affectueusement « LA VIEILLE IZAYA ». Parce que, de toute façon, ni une ni l’autre ne mérite de véritable prénom. Bref. Le véritable problème avec ce duo, c’est leur ardent désir de voir une troisième fille venir compléter la lignée familiale… Du point de vue du gamin, c’est certainement ce comportement démesuré qui a poussé son père à se tirer quasi dès sa naissance. Faut dire qu’il avait à peine eu le temps de naître que sa mère se plaignait déjà des morceaux manquants et, surtout, de ceux qu’il avait en trop. Elle avait direct accusé son conjoint de l’époque d’être un incompétent et de ne pas avoir su lui donner la fille qu’elle méritait. Ouais. Forcément : ce genre de femme, ça l’a fait fuir direct le pauvre gars. Personne n’a envie de se manger des reproches ridicules le jour de la naissance de son enfant. Faut dire qu’il était un peu égoïste aussi. Il a laissé Azriel à cette matrone ingérable en sachant parfaitement que son « fils » en baverait certainement. Il a sauvé sa peau. Pas celle de sa progéniture. C’est évident que, cette année-là, il n’a clairement pas mis la main sur l’awards du meilleur père…

Du coup, laissé à lui-même aux mains de ces deux folles, il faut admettre que l’enfance d’Azriel n’a pas été des plus agréables. Né à CÉLESTIA, à SINNOH, il est rapidement devenu le souffre-douleur de sa génitrice et sa mère. Jouons cartes sur table : la Vieille Izaya et la mère d’Azriel avaient décidées qu’elles méritaient une fille. Elles en auraient donc impérativement une. Vous commencez à imager la situation? Les premières années sur terre du gamin sont celles qu’aurait vécues n’importe laquelle petite fillette comblée. Sa mère le traitait de la même manière et l’habillait pareillement. Azriel, c’est un nom qu’elle a décidé être unisexe. Et c’est pour son bonheur à elle que notre rouquin à grandit au travers les poupées et les robes roses à froufrous. Elle a toujours tenté de lui inculquer les bases fondamentales pour être une bonne femme au foyer et il faut admettre que le résultat a toujours été intensément pitoyable. La cuisine, la couture, le ménage : tout ce qu’Azriel entreprenait, il l’échouait systématiquement. C’était un bon à rien et sa mère le lui a rapidement fait sentir avec ses commentaires lourds de reproches et ses célèbres « J’aurais tellement préféré avoir une véritable petite fille. »… Azri’, il a rapidement compris que quelque chose clochait à quelque part dans sa pseudo éducation. À l’école, on le pointait du doigt et se moquait de lui parce qu’il portait des robes et qu’il avait les cheveux longs. À 7-8 ans, ses professeurs le regardaient déjà étrangement et, une fois sur deux, quand on venait l’aborder, on le conjuguait au féminin. Il en a rapidement eu marre.

Azriel a commencé à avoir des complexes de VIRILITÉ dès l’adolescence. Au moment où il a dit « stop » aux robes fleuries et qu’il a commencé à choisir ses propres vêtements. Certes : il n’avait aucun goût et ses choix étaient rarement judicieux. Souvent affublé de vêtements trop grands et plus « masculins » que nécessaires : il cherchait visiblement à prouver à tout son entourage qu’il n’était pas si différent d’eux. Certes, sa mère était démente, mais lui, au moins ne suivait pas ses traces. Le plus dur, ça a été de passer les premiers coups de ciseaux dans sa tignasse rousse. Il l’aimait bien celle-là. Genre ils avaient littéralement grandis ensemble et voilà qu’il devait tout foutre à zéro. Il l’a fait. Il est devenu chauve : ça aussi c’était laid. Vraiment, il n’arrivait à rien par lui-même et quand bien même il critiquait les goûts de ses ancêtres, il était quand même beaucoup plus mignon quand elles avaient encore leur mot à dire. D’ailleurs, cette soudaine rébellion de sa part lui apporta bien des ennuis à la maison. Il en devient carrément agressif. À trop vouloir prouver à tous et toutes qu’il était bel et bien un garçon malgré ses antécédents de CROSSDRESSING, il devient quasi l’archétype même du mâle « viril ». Agressif, violent et un peu con sur les bords : il parvient à se faire respecter avec ses poings. Et il y prit goût. Le seul véritable talent d’Azriel, à priori, c’était de frapper sur les gens. Entre autres. Il frappait aussi les objets, ce n’était pas spécialement un problème. Il se faisait souvent regardé comme un dégénéré, mais au moins : on portait sur lui le regard qu’on portait sur un garçon. Un con, mais un garçon !

Vers ses quinze ans, Azriel quitta le confort de Célestia pour déménager à HOENN parce que sa mère pensait que ce serait mieux pour lui. Qu’il pourrait oublier ces idioties que les habitants de la ville lui entraient dans le crâne et qu’elle pourrait à nouveau le manipuler à sa guise. Ouais. Il faut admettre que la relation à la maison n’était pas très saine depuis qu’il avait pris son destin en main. Pour peu qu’elle l’est un jour été... C’est peu après qu’il rencontra le Howling Flames… Azriel était un sang chaud et il s’attirait souvent des ennuis. C’était plus fort que lui et c’est suite à un combat sans réel fondement qu’il rencontra « LE VIEUX » comme il se plaisait à le surnommer. Tiré de force à son affrontement par l’adulte, celui-ci ne tourna pas autour du pot : il lui proposa de rejoindre son "gang"… Évidemment, l’adolescent refusa systématiquement. Il était encore franchement effrayé par ses deux tortionnaires qui lui piqueraient certainement une crise pas possible si elles devaient apprendre que leur fils/fille bien aimé venait de rejoindre les rangs d’un gang de voyous sans avenir… Et puis, de toute manière, il était hors de question qu’il accorde sa confiance aussi facilement au premier mec qui viendrait lui parler dans la rue pour lui faire de genre de proposition déraisonnable. Ça sentait la pédophilie à plein nez quoi. Et pourtant… Pour une raison qui lui échappa, il les croisa plusieurs fois au cours des semaines suivantes et son adhésion au Howling Flames se fit naturellement. Ses tutrices lui en voulurent terriblement et ce fut l’apocalypse à la maison, mais ce qui était fait était fait et Azriel savait qu’il ne reviendrait pas sur ses pas… Il faut dire que lorsqu’il prenait une décision, c’était un véritable exploit de l’en dévier et c’était tout à son honneur à l’époque.

Puis, un jour, ils disparurent tous. Et leur MORT créa en lui un vide qu’il ne put jamais remplir.

Il avait quitté la maison depuis ses 18 ans malgré les protestations de sa mère et la Vieille Izaya… Et il se retrouva quasi systématiquement à la rue à nouveau. Il perdit tout. Il déambula au travers Hoenn des mois durant, comme une âme en peine qui n’arrivait pas à trouver un sens à son existence maintenant qu’elle avait perdu tout ce à quoi elle se rattachait vainement… Ils étaient tous morts. Le Vieux, les membres : le Howling Flames avait été détruit par la seule volonté d’une seule Team dont les motivations restèrent obstinément obscures. Il ne cessa depuis de nourrir sa haine contre la TEAM AQUA qui venait de le priver de ce qu’il avait pour seule famille. Il leur en voulu. Encore et encore. Jusqu’au jour où il rencontra HAWK. Un POUSSIFEU un peu collant sur les bords qui ne le lâcha plus d’une semelle après leur première rencontre. Hawk, c’était littéralement la porte d’un destin plus joyeux et serein pour Azriel… Il parvint à se convaincre qu’il serait certainement en mesure d’attirer l’attention de la TEAM MAGMA s’il gagnait en puissance en tant que DRESSEUR. Il n’avait peut-être pas tort. Peut-être son objectif de rejoindre les rangs de la Team rivale de celle qu’il détestait de tout son cœur était-il trop ambitieux pour lui, mais c’était tout ce que le jeune adulte avait comme objectif pour se réveiller le matin… Alors il emprunta les routes afin de créer sa propre réputation. Il se motiva même à croire aux idéaux de la Team Magma afin de faciliter son adhésion prochaine et il apprit également à penser à autres choses… De base, tout ce qu’il faisait, c’était pour venger les siens. C’était tout ce qui comptait à ses yeux et rien d’autre n’avait d’importance que cet objectif. Ils méritaient de reposer l’esprit en paix : en sachant que quelqu’un ici-bas veillait à ce qu’ils trouvent la paix éternelle qu’ils méritaient.

Mais encore? Vous savez, les choses suivent rarement le chemin qu’on leur prévoit. Un jour, comme ça, en se réveillant au matin, Azriel se demanda s’il avait le droit au bonheur lui aussi… Voilà plusieurs mois qu’il avait cessé de penser à lui-même et qu’il ne vivait que pour accomplir ses objectifs de vengeance… Avait-il droit de vivre pour lui-même seulement une fois? Lui pardonneraient-ils s’il passait à autres choses? Psychologiquement, le changement fut grandiose et un peu flippant. Du genre … radical dans son genre. Il comprit comme ça, comme par magie, qu’il ne parviendrait jamais à vaincre la Team Aqua par sa seule volonté et que ses plans d’annihilation étaient irréalistes. Aussi surprenant cela soit-il, il commença aussitôt à chercher une autre solution qu’il trouva étrangement dans un vieux temple de KALOS où se regroupaient des adeptes d'ARCEUS en quête de rédemption… Il n’hésita même pas. Il laissa tout derrière lui, à Hoenn, et quitta la région sans regrets. Sans plus donner plus d’éclaircissements à ceux qui l’accompagnaient et sans parler de ses plans à qui que ce soit. Dans sa tête, tout était clair…
IV. THE STOOGE


RACE → Grenousse | SURNOM  → Osiris | SEXE  → Féminin | NATURE  → Maussade
Osiris n'a aucune confiance en elle et c'est probablement ce qui a attiré l'attention d'Azriel sur elle. Au fond, la grenousse lui fait sûrement un peu pitié avec cette gueule constamment triste...
V. BEHIND THE SCREEN
POKÉMON DE MP  → Nirondelle - Dimoclès - Baggaïd | DOUBLE COMPTE  → Ezekiel & CO | DÉCOUVERTE DU FORUM → Lorem ipsum dolor si amet
BLABLA SUR TOI → Wint'Ice ; Androgyne, Hermaphrodite, Transsexuel de 85 ans.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wintice.montopic.com En ligne
 
Azriel Izaya ∫ No Blood ! No Bone ! No Ash !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexander Skarsgård, Stephen Moyer, Rutina Wesley... - URGENT TRUE BLOOD
» BLOOD AND GLORY (27/07)
» Configuration bbox pour le jeu PC blood bowl édition légendaire . Port16962
» Blood Empire
» micro t.bone tws 16 bt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wint'Ice :: Master Poke-
Sauter vers: